C’est quoi “le succès” pour une entreprise ? Des entrepreneurs africains y répondent

Des entrepreneurs africains, panelistes à la dernière conférence Biashara Networking, ont bien voulu donner leur point de vue sur cette question. Vous verrez qu’il faut bien des idées pour faire un « monde ».

Achille Bipedy (CEO de Global Entreprise Congo) : Le mot succès pour une entreprise englobe plusieurs paramètres. Il y’a le volet croissance économique, notorieté de la marque, l’importance de son personnel et sa longévité.

De gauche à Droite: François Kabemba et Teddy Kaberuka

François Kabemba ( CEO Professional Impartation en RDC) : Le succès, c’est lorsque l’entreprise fait du profit, mais aussi qu’elle est perenne. La pire des erreurs, c’est de ne pas être en mesure de léguer à notre progéniture ce que nous avons construit. Ça nous donne la responsabilité d’initier nos enfants à nos activités pour qu’ils soient en mesure d’assurer la relève. Pas forcement pour qu’ils y travaillent, mais à la limite, qu’ils soient à mesure de veiller sur la structure

Teddy Kaberuka (Directeur régional de M4Progress au Rwanda): C’est lorsque l’entreprise passe du statut d’entreprise familiale à une entreprise cotée en bourse. En sorte qu’elle devienne un patrimoine du monde, un patrimoine du public. Or l’univers de la bourse exige la rentabilité

Michel Djombo (Directeur associé de General Trading Company au Congo) : ca depend du point de vu de l’entrepreneur. Lorsqu’il atteint sa vision, qu’il la pérenniser de façon durable, c’est une forme de succès.

Dans le contexte congolais, ce serait bien d’avoir une entreprise durable. L’évaluation du succès dans notre environnement serait d’avoir des entreprises qui passent d’une génération à l’autre, qui s’affranchissent du politique.

L’autre élément serait la plus value locale en termes de création d’emplois, de diversification avec un produit qui a une patte locale.

De Gche à Dte: Achile Bipedy, Michel Djombo et Luc Zanghieri

Luc Zanghieri (CEO du groupe Ofis au Congo) : Une entreprise est un contrat social avec ses clients, ses fournisseurs, ses employés et avec soi même quelque part. Aujourd’hui avec la crise, le succès pour moi, c’est arriver à payer mes collaborateurs et mes fournisseurs aux dates convenues, que mes clients me paient à la date convenue. Je me paie convenablement. Je dors la nuit, je suis heureux.

Mon challenge actuel, c’est de réussir à développer des entreprises qui ne soient pas gérées par moi. J’aurai réussi le jour où les sociétés que nous avons mis en place seraient pérennes tout en étant gérées par d’autres personnes que moi.

Propos recueillis par Euclide Okolou

Advertisement

No comments.

Leave a Reply