admin 11 mai 2020

Pour des raisons diplomatiques ou par panaficanisme, plusieurs pays africains ont demandé ou reçu en don la tisane malgache sensé traité la covid19.Mais, ils ne l’utilisent pas

En mi avril, le président malgache Andry Rajoelina a annoncé, à la surprise générale, la découverte par ses chercheurs d’un médicament contre la covid19. Ceci alors qu’en occident les morts se comptaient par milliers chaque jour. L’OMS appelle tout de suite à la prudence face aux produits non éprouvés. L’opinion africaine s’en moque, estimant que les occidentaux sous-estiment toujours ce qui vient d’Afrique.

Andry Rajoelina, le président malagasy

Sur place à Madagascar, le processus de déconfinement est lancé avec une distribution massive du produit composé à 62% d’artemisia et d’autres plantes tenues secrètes en attendant les brevets. Et le président fait la promotion du Covids Organics ou Tambavy CVO auprès de ses pairs africains, les assurant qu’il y’a une amélioration de l’état de santé en 24h. La guérison survient en 7 à 10 jours.

Le Congo tout comme le Sénégal, la Guinée équatoriale et le Tchad entre autres, ont reçu des lots de Tambavy. « Nous sommes des scientifiques. Il est de notre droit de prendre un échantillon de produit et de faire des analyses chimiques et toxicologiques préalables. Ce qui est en cours …puis nous allons soumettre des protocoles au comité d’experts et au comité d’éthique en science de la santé. Ce qui nous permettra dès l’avis favorable à utiliser ces produits » a déclaré ce lundi le Pr Elira Dokekias, le responsable de la prise en charge du Covid19 au Congo Brazzaville.

C’est à quelques mots près le même discours qu’a tenu le Pr Daouda Ndiaye, du comité d’experts sénégalais qui assure qu’après il y’aura un essai clinique : « Les patients qui vont être inclus devront donner un consentement libre et éclairé…on vérifiera en temps réel l’efficacité éventuelle, mais beaucoup plus la tolérance. » a-t-il précisé.

L’arrivée officielle du don reçu par le Congo

On constate donc, bien que les présidents aient donné leur accord pour l’usage du produit, les scientifiques des pays imposent le respect des principes. De son coté le président malagasy rappelle que le Mediator* avait reçu toutes les autorisations de mise sur le marché avant de se révéler toxique et que le produit Madecassol* commercialisé par le laboratoire allemand Bayer est un fruit des recherches du même institut qui a trouvé le Tambavy CVO.

« On a le statut de remède traditionnel amélioré, le system de validation est différent de celui d’un médicament. On ne mène pas des essais cliniques mais plutôt des observations cliniques selon les indications du guide élaboré par l’OMS. C’est ce que nous avons fait. » a-t-il ajouté sur Rfi.

Pour lui, le probleme c’est parce que le médicament contre cette pandemie vient du 63e pays le plus pauvre du monde.

E.O

Leave a comment.

Your email address will not be published. Required fields are marked*

Résoudre : *
18 − 12 =