Ines Gatsono, l’autodidacte qui coordonne Yekolab à Pointe-Noire

Je suis Ines Gatsono, j’ai la particularité d’être autodidacte
Apres l’obtention d’un bac littéraire, j’ai pu au travers d’une quinzaine d’années d’expérience, developper des compétences solides dans des domaines tels que l’évenementiel, la communication, la gestion et le management. Je m’exprime autant en anglais et en français.

J’ai eu l’honneur de travailler plusieurs années à la présidence de la république. Ça a été une grande source d’apprentissage pour moi. J’ai eu à travailler pour une grande société minière canadienne. J’ai eu le privilège de travailler au Gabon pour le cabinet sud africain Endev, puis pour Airtel Gabon.

Depuis 2017, je suis la responsable régionale de l’Ong Yekolab à Pointe-Noire. Nous sommes spécialisés dans la formation en Ntic et l’accompagnement des jeunes porteurs de projets. Toutes ces compétences m’ont permis de cofonder l’association Ewa Network. Elle a pour but d’aider les femmes à prendre conscience de leurs potentiels, à les developper et à les mettre au service de l’économie nationale.

Vos missions au quotidien
Au quotidien, je veille à ce que tout soit parfait pour les formations de nos jeunes. Je represente l’Ong et j’assiste aux différents ateliers et séminaires organisés dans la ville et dediés aux Ntic. Je cherche des partenariats avec d’autres associations ou entreprises de la place pour créer une synergie rentrant dans nos objectifs : la valorisation du numérique.

Ines Gatsono

Votre regard sur le numérique au Congo-Brazzaville
Souvent orsqu’on parle du numérique, on parle de la fracture du numérique. Mais, on oublie qu’il y’a eu ces dernières années, une grande évolution de l’utilisation de l’internet, dans toutes les souches sociales, malgré tous les problèmes qui son évoqués. L’utilisation d’internet est le coeur des nouvelles technologies.

Il y’a un vrai engouement. On le ressent à travers toutes ces personnes qui franchissent nos portes pour des renseignements ou assister à nos conférences et seminaires. Se passer des Ntics, serait s’amputer d’un outil nécessaire pour avancer économiquement.

Il est important que malgré la fracture, malgré les difficultés au quotidien, il est important de se battre pour valoriser le numérique dans notre pays. C’est aussi là ma mission au niveau de Yekolab Pointe-Noire.

Les difficultés rencontrées au quotidien
Le propre des nouvelles technologies est de nous permettre de transcender les difficultés. Il est vrai qu’au niveau administratif, pour faire avancer certains dossiers, il est difficile de faire comprendre aux gens que nous avons besoin de mettre le numérique au premier plan. La principale difficulté que j’ai, est donc de rechercher ces partenaires qui viendront à nos cotés pour soutenir cette vision et permettre aux jeunes de profiter GRATUITEMENT de nos formations.

Nous avons des difficultés à conscientiser les autres entreprises, les autres partenaires sur l’effort à faire pour mettre les Ntics à la disposition du plus grand nombre. La grande difficulté est donc au niveau des mentalités des gens que nous voulons avoir comme partenaires. En plus, il y’a la lenteur de certaines procédures administratives. C’est vrai que les Ntics vont plus vite que l’administration. Mais nous ne baissons pas les bras, nous savons que le jeu en vaut la chandelle.

Propos recueillis par Euclide Okolou

Advertisement

No comments.

Leave a Reply