Les jus de Tsui-teke et de Baobab sont fabriqués à Pointe-Noire par Keko

Parmi nos coups de cœur à l’exposition du forum de l’entrepreneuriat cette semaine se trouve la petite entreprise Keko. Elle ne s’est pas limitée à fabriquer des jus d’orange et d’ananas comme les autres. Elle s’est permise d’innover avec les jus et les confitures de tsui-teké et de baobab.

Le promoteur

Nous avons été conquis par son jus pur, bio, presque sans additif, onctueux au palais, avec le goût complet de ces fruits exotiques bien connus des congolais. Ces produits sont les fruits de Dave Kayi Niakounou, un jeune homme de 24 ans qui a refusé l’inactivité du chômage.

Sorti de l’Ensp avec une licence en electrotechnique et électronique de puissance, il a bossé pendant 3 ans dans une cimenterie de la place avant d’être remercié. Il lui est alors venu l’idée de professionnaliser l’activité de sa mère qui vendait des confitures « fait maison ».

L’originalité de sa production a fait venir les premiers clients. D’abord des proches qui commandaient pour leurs familles, puis les entreprises pour agrémenter leurs réunions professionnelles. Le carnet de commande s’étend ainsi comme par contagion.

Aujourd’hui, Keko arrive à traiter 2 tonnes de fruits par mois, selon le jeune entrepreneur. Elle se fait livrer par des producteurs locaux, heureux d’avoir un acheteur régulier.

Il aimerait bien avoir un financement pour passer à une production industrielle qui va lui permettre de s’attaquer aux grandes surfaces. C’est ce qui rend difficile l’accessibilité à ses jus et confitures pour l’instant. Le système de livraison à domicile est disponible à partir d’une quantité donnée : 6 pots actuellement.

La plante du tsui-teke, appelée Grewia Coriacea Mast par les scientifiques, est menacée d’extinction au Congo. Lui donner un second souffle, encouragera certainement les paysans à le protéger.

Voici une entreprise locale susceptible d’avoir un bel avenir si elle parvient à étendre son réseau de distribution et de trouver le moyen de produire au-delà des saisons spécifiques à chaque fruit.

Euclide Okolou

Advertisement

No comments.

Leave a Reply