admin 25 août 2020
Marcelle Ngassaki

Si vous êtes réguliers sur facebook au Congo, vous êtes certainement déjà tombé sur une publication de « Monde Créatif ». C’est la boite mise en place par Marcelle Ngassaki Obenga. Elle y propose des services d’organisation et décoration d’événements familiaux (mariage, anniversaire…) et professionnels (conférence, séminaire…). Sur les réseaux, elle communique plus sur les formations diverses qu’elle organise. Ça va de la fabrication de bougies parfumées ou d’objets décoratifs, à la teinture sur textile, en passant par la décoration événementiels et autres.

L’exploitation de ces différentes formations peut aider à autonomiser financièrement  les apprenants. Le ministère de l’intégration de la femme l’a bien compris et l’avait donc sollicité pour former des femmes lors des activités officielles liées au 08 mars 2020 à Madingou. « Le contrat prévoyait de former 50 femmes en une journée. Sur place, on s’est retrouvé avec plus de 300 personnes. Il fallait trouver des astuces pour satisfaire tout le monde avec le matériel que nous avions apporté. C’était une merveilleuse expérience » témoigne t-elle toute souriante.

Son sourire reste l’image que plusieurs gardent d’elle, dans les cabinets ministériels où elle est passée comme secrétaire de direction, puis secrétaire particulière. Dans sa quête de formation, elle s’est inscrite à un master en ressources humaines. Parallèlement, elle découvre, sur internet, l’atelier d’artisanat de Mme Caroline Tabazeboungou en Ouganda. Le déclic nait. Elle réalise qu’elle peut donner un sens à sa passion des arts décoratifs.

Pour ne pas arrêter sa formation académique, elle fait venir l’ougandaise à Brazzaville. Pendant plusieurs semaines, cette dernière va lui partager son expertise. Marcelle Ngassaki en fait profiter quelques compatriotes en organisant avec Mme Tabazeboungou des formations à Brazzaville et Pointe-Noire. Depuis, elle n’arrête plus de former, tout en développant d’autres compétences et services au passage comme l’esthétique et la coiffure. Ça fait un an déjà que ça dure.

L’entreprise s’est installée en face de la mairie de Ouenzé (Brazzaville), s’étendant jusque là sur fonds propres sans crédit pour l’heure. « On lançait une formation, 3 ou 5 personnes venaient. On utilisait cet argent pour lancer une autre et 10 personnes venaient. Jusqu’à ce jour, on se débrouille avec ce qu’on arrive à avoir sur place », confie t-elle. Voir arriver de nouveaux clients à partir des témoignages des premiers est ce qui fait sa joie. C’est ainsi qu’elle tisse sa toile en exploitant également les réseaux sociaux.

E.O pour www.eyebana.net

Leave a comment.

Your email address will not be published. Required fields are marked*

Résoudre : *
18 + 2 =